Mardi 4 mars 2008. Porte de champerret. Encore une journée de concours. Pour y aller, il faut s'armer d'un sac aussi grand qu'un sac de de camping car on doit faire rentrer : sa convoc, des sousous pour manger le midi, sa troussse, sa bouteille d'eau, des napolitains (je n'avais plus de Kinder Délice... on prend ce qu'on a !) mais surtout... sa norme de notices catalographiques : Bible des candidats, elle est indispensable car autorisée au concours. Les examinateurs nous pondent des sujets tellement durs que, même avec notre norme, nous faisons des erreurs. Ceux qui l'oublient sont un peu suicidaires...

Je retrouve Marie devant le centre d'examen une heure avant le début des épreuves (je comptais sur le retard de la SNCF pour arriver plus tard mais il n'y a pas eu de problèmes). C'est son anniversaire. Gwladys, ma collègue, nous rejoint. On s'installe. Vanessa (mon autre collègue) arrive comme toujours à la bourre. La première épreuve est le catalogage : on nous donne 7 documents (dont 2 en langues étrangères) et le but de l'exercice est décrire le document avec son nom, l'auteur, l'éditeur, le format... bref, faire une notice suivant des règles très précises (d'où l'utilité d'avoir la norme, vendue par correspondance à un prix défiant toute concurrence). Tout le monde sait qu'aucune notice ne se fait manuellement de nos jours dans les BU mais l'épreuve continue d'exister (elle est même critiquée dans le rapport du jury). Pas de périodique cette fois-ci (c'est le plus dur) mais rapport officiel, catalogue d'exposition et autres difficultés en tout genre nous ont régalé. J'ai jamais été autant à la bourre pour rédiger ces notices : j'ai tellement écrit vite que j'en ai eu mal à la main.

Au bout de 3 heures d'efforts, nous sommes allées aux toilettes (dans ces concours, il y a 80 % de filles donc il y a du monde aux toilettes !) puis déjeuner (Marie, Vanessa, Samantha, une ex-collègue et moi) dans une brasserie bondée. Un peu cher, beaucoup de monde (certains candidats ont eu la même idée que nous : manger au chaud et échapper au mcDo), beaucoup d'attente mais surtout une incroyable banquette confortable pour faire une sieste (dommage qu'on avait compo l'après-midi... si j'avais su ce qu'il m'attendait, je serais rester faire la sieste).

Donc l'épreuve de l'après-midi était une composition sur le monde des bibliothèques. Voyant le sujet, j'ai mis 30 secondes à le comprendre. Voyez par vous même : "comment la prise en compte des demandes de l'usager modifie-t-elle aujourd'hui le métier de bibliothécaire ? Vous illustrerez votre analyse par des exemples précis." Hein ???? J'ai tout de suite trouvé un plan mais j'ai mis du temps à mettre des idées à l'intérieur ! Donc, j'ai fini à la bourre ma compo toute pourrie.

Bref, avec Vanessa, on est sortie de là complètement démoralisée car ce sont les mêmes épreuves que l'année dernière (le public, encore le public), encore moins de postes (15 cette année pour 450 candidats), toujours les mêmes qui réussissent (ceux qui n'ont pas d'expérience comme notre nouveau mag chef qui n'a jamais travaillé dans une bibliothèque et qui se retrouve 2e sur la liste principale; ou ceux qui s'en foutent comme mon collègue et qui l'a quand même car il est tombé sur un bon jury). Je me dis que je ne suis peut-être pas faite pour travailler dans le milieu des bibliothèques : puisqu'il faut un concours et que je ne suis pas capable d'en réussir un (manque de confiance pour les cat. A et B et manque de chance pour le C) et réviser à longueur d'année pour enchaîner concours sur concours sans voir de résultats probants, je commence à saturer; je n'ai pas envie non plus de rester magasinier toute ma vie (c'est où je travaille ou c'est une surdose des lecteurs en général ?). La solution serait d'envisager de changer de branche : mais comment ? mais où ? J'ai surtout envie de travailler ailleurs et autrement. Bref, ce concours m'a fait prendre conscience de beaucoup de choses et c'est tout ce que j'aurais appris de ce concours.

Résultat le 15 mai. Prochain concours : conservateur.

Edit du 20 juin : je suis loin de l'admissibilité (20 points) avec un petit 7,5 à la compo et un grand 12 aux notices ! Comme quoi, le niveau est différent d'un concours à l'autre !